Bad Religion

05 AUG 2020

Quarante ans de punk et pas le moindre signe de fatigue : quelque chose qui n’est pas donné à tout le monde ! Prenons les exemples de Kajagoogoo ou Culture Club : ces deux bands ont fait leur début sur la scène vers 1980, mais après quelques grands succès, leur flamme s’est tout à fait éteinte. Bad Religion, par contre, n’avait pas besoin de hits pour pouvoir se produire dans des salles de plus en plus grandes et de plus en plus remplies. Pas de passages sur MTV pour encourager les jeunes américains de changer leurs skateboards pour des guitares. Pendant des années, Bad Religion a toujours trouvé des salles où ils pouvaient apprendre les jeunes à apprécier le punk-rock. C’est un rôle que le chanteur Greg Graffin et ses troupes ont repris des Ramones et des Sex Pistols pendant les années 80/90. Enregistrer des albums, les lancer et partir en tournée. Les premières années, ils restaient aux Etats-Unis, mais plus tard ils ont fait fureur partout au monde. Le punk-rock américain a connu une grande croissance dans les années 90, au moment où les bands qui jouaient en première partie de leurs concerts, commençaient à vendre des millions d’albums. C’est l’époque à laquelle Bad Religion a été mis sur un piédestal. Deux ans après leur triomphe à Lokeren, Bad Religion passe de nouveau pour vous présenter leur album “Age of unreason”. Non, nous ne pensons pas que Kajagoogoo ou Culture Club vont encore suivre leur exemple.

Retour haut de page